LES DIFFÉRENTES MÉTHODES DE FABRICATION D’UN SAVON SOLIDE

HUILES/BEURRES corps gras + SOUDE Alcali                  SAVON lavant + GLYCÉRINE hydratante

La découpe manuelle de mes savons produits à froid

 

  • Industrielle, à partir de bondillons : des billes de savon, à base d’huile de palme provenant d’Indonésie, sont malaxées à chaud avec des colorants synthétiques, parfums, conservateurs, agents chélateurs (EDTA)… Ces savons ne contiennent pas ou très peu de glycérine (quand elle fait partie des additifs du procédé de fabrication). On les trouve en grandes surfaces à des prix très abordables.

  • Au chaudron : le mélange d’huiles et de soude (en excès) s’effectue à chaud. La pâte à savon obtenue est lavée plusieurs fois dans des bains d’eau salée afin d’éliminer l’excès de soude, les impuretés et toute la glycérine produite. Celle-ci est revendue aux laboratoires cosmétiques. Avec cette méthode, le savon ne contient plus de glycérine.​  

  • Par saponification à froid : le mélange d’huiles et de beurres (en excès) n’est que très légèrement chauffé, uniquement pour faire fondre les beurres (karité et cacao) et l’huile de coco qui sont solides à température ambiante. La soude est ajoutée en quantité moindre. La pâte à savon obtenue n’est pas lavée. Le savon est alors riche en glycérine, et en corps gras non saponifiés (surgraissage). Moulés en barres, puis découpés le lendemain, les savons fabriqués nécessitent un temps de cure (séchage) de cinq semaines, avant d'être commercialisables.

2019 © L'ATELIER À BULLES. Tous droits réservés.

0